RT 2012 : des opportunités pour les professionnels du bâtiment ?

Publié le par AIPI 93

RT 2012 : des opportunités pour les professionnels du bâtiment ?

 Crédit photo : www.xerfi.fr
Le groupe XERFI vient de publier une étude sur les défis des économies d’énergie dans la construction neuve et la rénovation. La prochaine réglementation thermique (dite RT 2012) qui entrera en vigueur le 1er janvier 2013 ouvre sans conteste des opportunités aux professionnels du bâtiment.

 

L’étude confirme que les acteurs les mieux formés de la maîtrise d’oeuvre et de la construction pourront tirer un avantage concurrentiel décisif de la RT 2012, bien que  les changements à mettre en œuvre restent conséquents. Les professionnels du bâtiment vont devoir s’investir davantage dans l’étape de conception, se former aux nouvelles méthodes, au nouveau moteur de calcul et tenter in fine de limiter la hausse de la facture finale de la construction.

 

Tous les métiers de la construction, maîtres d’ouvrage, maîtres d’oeuvre, industriels et artisans sont concernés par cette nouvelle réglementation qui, effective depuis novembre 2011 dans le non résidentiel, vise à diviser par trois la consommation énergétique des bâtiments.

 

La construction neuve est pour l’instant le segment sur lequel pèsent les plus fortes contraintes réglementaires. Parmi les défis à relever, liés à la réduction de la limite de consommation moyenne de consommation d’énergie primaire des bâtiments à 50 kWh/m²/an, figurent :

 

  • la poursuite de la montée en compétence des professionnels. Les projets BBC ont en effet concerné 80% des permis de construire de logements collectifs en 2011 mais seulement 20% des maisons ;
  • des efforts de pédagogie pour justifier un prix de vente jusqu’à 25% plus élevé des logements BBC et respecter la promesse de valeur d’une réduction des charges pour les occupants ;
  • anticiper d’ores et déjà la prochaine réglementation, revenant à monter en compétence sur les bâtiments passifs et commencer à prendre en compte les dimensions de santé et de bien-être des futures normes.

 

La rénovation des bâtiments anciens, qui concentre l’essentiel des efforts à fournir pour respecter les objectifs du Grenelle (-38% des consommations d’énergie du parc résidentiel-tertiaire d’ici à 2020), ne comporte pas de contrainte de réalisation de travaux. Toutefois, l’affichage du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) ou encore l’obligation de réalisation d’un audit énergétique dans les copropriétés sont deux des incitations peu à peu mises en place.

 

L’impact de la RT 2012 sera donc différent selon les acteurs. Les promoteurs et les constructeurs de maisons individuelles seront en tête des acteurs qui tireront leur épingle du jeu, à condition de monter en compétence pour limiter la hausse des coûts de construction et de rénovation. C’est le sens du partenariat Nexity/ ArcelorMittal pour construire plus vite et moins cher.

 

Les industriels des matériaux de construction devront pour leur part fournir des efforts importants et investir massivement en recherche et développement pour fabriquer des produits plus performants à l’image de Saint Gobain ou encore de Lafarge et Dow. Quant aux entreprises de la construction, et en particulier les acteurs du second oeuvre qui représentent l’immense majorité du tissu du secteur, elles devront faire de la formation leur priorité.

 

Source : www.xerfi.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article