Performance de la Petite Entreprise : les agences immobilières sont sur le podium avec + 9,6% en 2011

Publié le par AIPI 93

 

Performance de la Petite Entreprise : les agences immobilières sont sur le podium avec + 9,6% en 2011

 Crédit photo : www.fcga.fr

 

Une enquête exclusive de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), réalisée en partenariat avec Banque Populaire, analyse secteur par secteur, profession par profession, les « tops » et les « flops » des petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services en 2011.

 

Toutes professions confondues, le chiffre d’affaires des petites entreprises enregistre une hausse de 1,9 % en 2011 (contre +0,7 % en 2010). Globalement, l’indice d’activité des TPE se redresse et atteint un niveau légèrement supérieur au taux de croissance du PIB en 2011 (+1,7 %). Les meilleures performances enregistrées en 2011 sont réalisées par les plâtriers-décorateurs, les agences immobilières, les électriciens et les entreprises de terrassement.

 

Les plâtriers-décorateurs : + 13,4% contre -2,5% en 2010. C’est la meilleure performance enregistrée en 2011. Les artisans spécialisés dans les travaux de décoration plâtrerie tirent la croissance des métiers du bâtiment en 2011. Portés par l’émergence des nouveaux marchés liés à la performance énergétique, l’accessibilité et la perméabilité de l’air, les plâtriers tirent profit de la montée en puissance des nouvelles exigences réglementaires en termes de confort thermique et acoustique. Dans le neuf ou l’entretien-rénovation, les travaux destinés à optimiser la consommation énergétique des bâtiments restent un créneau porteur malgré une conjoncture plutôt morose au premier trimestre 2012 dans le secteur.

 

Les agences immobilières : + 9,6%. En pleine « Web révolution », les quelques 40.000 agences immobilières retrouvent un niveau de croissance comparable à celui d’avant la crise. Une belle revanche pour les professionnels de la transaction immobilière ! Toutefois, après avoir essuyé une violente tempête économique qui a profondément restructuré le marché, la profession doit aujourd’hui faire face à de nouveaux défis : guerre des prix imposée par les enseignes low-cost, concurrence impitoyable des agences sur Internet, exigence de nouveaux services et garanties qualitatives…

 

Les électriciens et les entreprises de terrassement : + 7,8% (ex-aequo). Ce sont deux professions de l’artisanat du bâtiment qui se partagent la troisième marche du podium. Les électriciens d’abord, qui bénéficient, eux aussi, des nouveaux marchés de la performance énergétique. Notamment celui des énergies alternatives. Les entreprises de terrassement ensuite. Ces dernières, qui interviennent souvent en sous-traitance sur des chantiers publics, bénéficient d’un contexte plutôt favorable avec la multiplication des investissements dans les grandes agglomérations. En 2011, selon la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), le chiffre d’affaires du secteur a atteint 40,8 milliards d’euros.

 

Selon Christiane COMPANY, Présidente de la Fédération des centres de gestion agréés : « La tendance la plus nette de l’Observatoire de la Petite Entreprise (OPE) est incontestablement le redressement observé dans l’artisanat du bâtiment avec une activité en hausse de 4 % (contre - 1,4 % en 2010). Les professionnels de la construction et de l’entretien-rénovation forment la colonne vertébrale des petites entreprises. Sans eux, pas de croissance possible ! On leur doit d’ailleurs, en grande partie, la relative vigueur de l’indice global d’activité des TPE (+ 1,9 %). Le fort rebond enregistré par les entreprises du secteur au quatrième trimestre 2011 a surpris la plupart des observateurs. Il est encore un peu tôt pour dire s’il s’agit d’un signe annonciateur d’une reprise durable ou une simple embellie de fin d’année. »

 

La FCGA et le Groupe Banque Populaire s’associent pour publier chaque trimestre l’évolution des chiffres d’affaires à partir d’un échantillon de 15.000 petites entreprises de l’artisanat, du commerce et des services.

 

Sources : www.bpce.fr et www.fcga.fr

 

Commenter cet article