OBSERVATOIRE CRÉDIT LOGEMENT/CSA mars 2012

Publié le par AIPI 93

OBSERVATOIRE CRÉDIT LOGEMENT/CSA
L'Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels est né de la synergie entre
Les analyses réalisées par l'Observatoire Crédit Logement / CSA - Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels - s'appuient sur des volumes significatifs et représentatifs :
+de 16 000 opérations en moyenne par mois, soit une alimentation annuelle de l'Observatoire reposant sur près de 200 000 opérations nouvelles.

En effet, Crédit Logement analyse plus de 25 000 opérations par mois, dont il exclut pour constituer l'Observatoire:

les rachats de créances,
les prêts relais
et les prêts mixtes, c'est à dire les financements nouveaux incluant une part de rachat.
Les données alimentant l'Observatoire Crédit Logement sont redressées à partir des données publiées par l'Institut CSA dans le cadre de l'OFL.


DERNIERS INDICATEURS PUBLIÉS
Mars 2012
TAUX MOYEN * 3.83 %
TAUX MOYEN dans le neuf 3.92 %
TAUX MOYEN dans l'ancien 3.79 %
DURÉE MOYENNE DES PRÊTS 17 ans - 204 mois
COÛT RELATIF MOYEN 3.81 années de revenus
*(taux nominal hors assurances et sûretés)
TAUX DES PRÊTS
< 3.5
3.5 à 4
4 à 4.5
4.5 à 5
5 et +
% des prêts
12.2
42.4
37.9
7.4
0.1
DURÉE DES PRÊTS
< 15
15-20 ans
20-25 ans
25-30 ans
30 ans et +
% des prêts
22.7
28.6
28.0
19.8
0.9

TAUX

En mars 2012, les taux des prêts du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 3.83 %, en moyenne (3.92 % pour l’accession dans le neuf et 3.79 % pour l’accession dans l’ancien).
En s'affichant à 3.93 % en février 2012, les taux semblaient à peu près stabilisés depuis décembre 2011.En mars 2012, ils redescendent donc à leur niveau constaté en octobre et novembre 2011.
Cette baisse des taux ne concerne toutefois pas l’ensemble du marché, elle s’observe sur :
-le marché des travaux : 3.84 % en mars contre 3.93 % en février ;
-le marché de l'ancien : 3.80 % en mars contre 3.96 % en février;
- et elle s'accompagne d'uneréduction rapide des durées moyennes des prêts octroyées.
DURÉE
En mars 2012, la durée des prêts s’est établie à 204 mois.
La durée moyenne avait diminué pour retrouver en février 2012 le niveau qui était le sien au second semestre 2009.
Le recul brutal de la durée constaté en mars 2012 accompagne alors les difficultés d'un marché marqué par la récession et confronté à la transformation rapide de ses clientèles.
La réduction des durées est très modérée dans le neuf : 228 mois en mars 2012 contre 231 mois en février et 237 mois en juillet 2011.
Elle est en revanche rapide dans l'ancien : 211 mois en mars 2012 contre 222 mois en février et 226 mois en juillet 2011.
Elle est tout aussi rapide sur le marché des travaux : 159 mois en mars 2012 contre 167 mois en février et 169 mois en juillet 2011.

COÛT RELATIF DES OPÉRATIONS PAR EMPRUNT

Depuis novembre 2010, le coût relatif évolue en dents de scie, avec une tendance à la baisse qui se renforce depuis juin dernier.Le coût relatif s’est alors établi à 3.81 années de revenus en mars 2012. 

En fait, le coût des opérations poursuit sa progression à un rythme qui ralentit (+0.8 %) sur un an, depuis le début de l'année 2012, contre + 3.6 % en 2011 et + 5.8 % en 2010) : et comme les revenus des emprunteurs augmentent maintenant plus vite qu'auparavant, les tensions sur le coût relatif s'allègent rapidement. La transformation du marché y contribue largement sous l'effet de son recentrage en faveur de clientèles plus aisées.

INDICATEUR DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE RÉALISÉE
Jusqu'en octobre 2008, l'indicateur de solvabilité de la demande avait bénéficié assez largement de la baisse du coût moyen des opérations réalisées et donc d'un moindre recours à l'endettement. Pendant plus d'un an, il a continué à bénéficier de l'amélioration des conditions de crédit, mais sans que celle-ci soit suffisante pour compenser la remontée du coût des opérations réalisées et il s'est dégradé. Dès le printemps 2010, le déblocage du marché de la revente avait modifié les équilibres de financement des opérations immobilières réalisées.
Avec le recentrage actuel du marché en faveur de clientèles plus aisées, la progression de l'apport personnel reste soutenue(+ 10.1 % sur un an, depuis le début de l'année 2012)et elle s'accompagne d'un recours moins intense au financement par endettement (- 3.2 % sur un an, depuis le début de l'année 2012).
Ainsi, l'indicateur de solvabilité de la demande se maintient à haut niveau depuis plus d'un an.
INDICATEUR D'ACTIVITE DU MARCHE DES CREDIT IMMMOBILIERS A PARTICULIERS

L'année 2012 n'a pas très bien commencé. Dans un contexte économique morose, le contrecoup du mouvement d'anticipations de la fin 2011 avait été particulièrement sensible avec un mois de janvier 2012 en recul de 49.4 %. En février la production s'est partiellement ressaisit, en hausse de 17.9 % par rapport à janvier, une part importante du mouvement d'anticipations étant amortie.
 
Mais la demande reste déprimée et la production de mars 2012 reste en recul de 48.4 % par rapport à mars 2011.
 
Le repli du marché constitue maintenant une vraie réalité et en glissement annuel, le recul de la production a été de 36.7 % sur le 1er trimestre 2012 (et de 40.7 % par rapport au 4ème trimestre 2011).    
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article