Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marché immobilier : deux scénarii pour les Notaires de France

Publié le par AIPI 93

Marché immobilier : deux scénarii pour les Notaires de France

  


Après une année 2011 qui a comptabilisé un niveau record de transactions, avec 858 200 ventes contre 837 000 en 2006, précédent record, la France, entrée dans « un nouveau cycle » baissier, selon les Notaires de France, tant pour l'immobilier ancien que l'immobilier neuf. Toutefois la situation du marché immobilier n’est pas comparable au
 « trou d'air » comme en 2008-2009. L’an dernier, les prix ont progressé sur un an de 10 ,6 % pour les appartements et de 5,7 % pour les maisons en Ile-de-France, et de 2,7 % pour les appartements et 1,3 % pour les maisons en Province. Pour 2012, les premiers chiffres sont pessimistes : les Notaires de France, qui ne disposent pas encore de statistiques pour le premier trimestre, soulignent avoir constaté, dans l’ancien, « un nombre de ventes en baisse depuis février, notamment sur l'Ile de France avec – 14 % pour le seul mois de février 2012 par rapport au mois de février 2011 ». Dans le secteur du neuf, « 2012 ne sera pas une bonne année en termes de volumes », affirment-ils.Marché immobilier : deux scénarii pour les Notaires de France<br />
Les Notaires de France ont fait part de leurs perspectives pour l’évolution du marché immobilier en 2012./Photo d'archives/REUTERS/Kevin Coombs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Notaires de France ont envisagé deux scénarii d’évolution du marché. Dans le premier cas, qu’ils privilégient, les taux d'intérêt des crédits immobiliers resteraient à leur niveau actuel, la prochaine législation sur les loyers n'est pas dissuasive pour les investisseurs, et la fiscalité resterait modérée, avec notamment un aménagement de la taxation sur les plus-values immobilières. La baisse des transactions des logements anciens serait alors limitée entre 10 % et 15 % en 2012, et le volume des ventes s’élèverait entre 700 000 à 740 000 transactions. Dans le second cas, la hausse des taux de crédit et le nouveau contexte législatif plus drastique pourrait entraîner un retrait du marché immobilier des seniors et des classes moyennes. Le volume des ventes passerait sous la barre des 700 000 transactions. La baisse des prix serait comprise entre 5 % et 10 % selon les situations de marché dans l’ancien, mais ponctuelle dans le neuf.

V.G. avec AFP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Maria VURRO 25/05/2012 18:06


Comme si le marché ne dépendait que du comportement des investisseurs. Ca me paraît un peu court.